S’épanouir au travail Le chef est mort… vive le « top chef » !

Les senior coachs de BAO-Elan Vital sont également actifs dans le monde des organisations.

Le chef, le patron, le manager,… quel que soit le nom qu’on lui donne, le responsable d’une équipe est un des facteurs clés de la qualité de vie au travail. Une responsabilité de taille, que certains peinent à endosser. Dans un monde où la place, l’organisation et les attentes vis-à-vis de la vie professionnelle ont changé, gérer des personnes et leurs relations au sein d’un système demande plus que jamais des compétences spécifiques, du moins si on veut être un « top chef » !.

.
Par Françoise Guillick, trainer coach au BAO Group, formée aux constellations systémiques d’entreprises, et Philippe Busana, trainer coach au BAO Group, formé aux constellations systémiques et symboliques, formateur à l’école de coaching Elan Vital.

Une nouvelle donne…

Un changement de paradigme a pris forme dans le monde du travail. Inutile de rappeler que le taux de burnout a explosé ces dernières années, mais il y a plus : les changements de valeurs des nouvelles générations, pour lesquelles un équilibre entre la vie professionnelle et privée est indispensable, l’explosion des technologies et l’hyper-connectivité dans laquelle vivent la plupart des travailleurs, la perte de confiance de beaucoup dans le système économique mondial et le pouvoir de l’argent…
Ces phénomènes ont amené une nouvelle façon d’envisager la vie professionnelle, où les valeurs établies sont remises en cause et où chacun remet son bien-être au centre de l’équation… tout en vivant de plus en plus des périodes de peur, d’incertitude et de vigilance permanente. Pris entre la volonté de profiter de la vie et la peur de l’avenir, les attentes – et les comportements – des travailleurs ont changé. Une évolution qui a un impact très important pour la société et les entreprises, tant sur le plan financier que sur le plan efficacité.
Dans nos interventions en tant que coachs, ce constat nous apparaît comme une évidence vécue à tous les niveaux des organisations, tant privées que publiques.
Et pourtant ce phénomène est loin d’être une fatalité. Une prise de conscience et une remise en question des modes de fonctionnement au sein des organisations est un premier pas indispensable.

La façon de manager : cause ou solution ?

Notre expérience nous permet d’affirmer qu’aujourd’hui plus que jamais la façon de manager est une clé essentielle pour réussir et entrer de façon positive dans ce nouveau paradigme: le bien-être au travail est source d’efficacité et de performance… et le style de management en est une clé de voute !
Nos interventions dans des organisations en difficulté opérationnelle, relationnelle et/ou organisationnelle découlent de façon quasi inéluctable d’un management qui n’est plus adapté.
Combien d’organisations fonctionnent encore dans un mode paternaliste, ardemment entretenu par quelques dinosaures dans la direction ?
Dans d’autres endroits, ce sont des collaborateurs qui se retrouvent promus à des postes à responsabilité relationnelle sans aucune expérience managériale et qui se réfugient dans des méthodes autoritaires dans l’espoir d’asseoir leur rôle de leader ou pire, qui reproduisent un schéma obsolète qui ne fonctionne plus aujourd’hui.
Nous rencontrons également quotidiennement de jeunes diplômés, se retrouvant du jour au lendemain responsables d’équipe sans aucune préparation à ce métier, et bien perplexes sur la façon de mener à bien leur mission.

Un métier qui ne s’improvise pas

Oui : « métier », car gérer une équipe ne s’improvise pas ! Cela s’apprend. Être un bon technicien, un expert, un collaborateur zélé ou le plus ancien de la boite ne signifie pas qu’on sera un bon responsable d’équipe. Même si le bon sens et l’expérience restent des guides incontournables, être un people manager requière des compétences spécifiques. Et les techniques de management ne sont plus les mêmes qu’il y a seulement quelques années encore. Les conséquences de ces improvisations, souvent inspirées d’un management d’une époque révolue, peuvent avoir un impact catastrophique sur le système et les individus qui le composent.

Pour acquérir ce nouveau type de management, les individus doivent passer par trois étapes qui nous paraissent primordiales et indissociables :

• Prise de conscience de notre propre mode de fonctionnement et développement d’un leadership personnel.
Quelles sont nos ressources connues ou à découvrir ? Les pièges dans lesquels nous pouvons tomber et qui nous entrainent dans des situations récurrentes ? Comment réagissons-nous par rapport aux événements ? Quels sont les schémas de pensées qui nous guident inconsciemment ?
Ce travail nous permet de (re)trouver un meilleur ancrage, une verticalité et une connexion à ce qui fait sens pour nous.

• Comment nous positionnons-nous et interagissons-nous par rapport aux autres afin d’avoir une communication authentique (sans non-dits, sans jugement, sans agressivité, …).
Quels sont nos propres modes de communication et ceux des autres ? Découvrir les peurs qui nous empêchent de progresser dans la relation aux autres (peur de déplaire, peur de se tromper, peur de ne pas être à la hauteur, peur d’être mal compris, peur de mettre ses limites, …) sommes-nous suffisamment assertif ? Sous stress, est-ce que nous devenons manipulateur, agressif ou bien restons-nous sans voix ?
Cette deuxième étape permet aux personnes d’adopter la posture adéquate pour susciter l’adhésion aux projets communs, de motiver de façon personnelle, de communiquer clairement, de dénouer des situations tendues.

• Comment nous nous adaptons-nous et accompagnons-nous nos collaborateurs dans un système évolutif ? Restructuration, nouvelles stratégies, fusion, acquisition, turn over du personnel … sont autant de phénomènes auxquels (toutes) les organisations sont confrontées. Ces situations de changement souvent stressantes doivent être accompagnées dans l’écoute, avec humilité et authenticité, en utilisant un discours clair et sans ambiguïté afin d’éviter la démotivation voire les burnouts.
Cette troisième phase conscientise et responsabilise les individus vis-à vis de l’organisation. Une équipe bien dans sa peau, en adéquation avec ses aspirations les plus profondes, est la base de l’équilibre et de la réussite personnelle et collective.

Savoir-faire, mais surtout savoir-être

En tant que trainer-coachs au BAO Group, nous sommes régulièrement en contact avec des leaders en mal de « savoir-être ». Parfois, ils ont appris des techniques et théories mais qui n’intègrent pas réellement l’élément humain. Parfois, ils ont reçu des outils relationnels mais leur application sur le terrain est difficile à mettre en place. Parfois, ils n’ont simplement pas conscience de leur mode de fonctionnement et de l’implication que celui-ci peut avoir sur leur équipe.
Si nous entendons régulièrement des « N-1 » se plaindre du comportement de leur « N+1 », nous sommes également confrontés à des leaders hyper stressés par leur responsabilité managériale …. et leur peur de mal faire.
Le manager d’aujourd’hui doit avoir des compétences managériales et relationnelles pour son équilibre personnel et celui des équipes. Des organismes de plus en plus nombreux l’ont bien compris en prenant le taureau par les cornes, dans une dynamique positive, en donnant à leur personnel la possibilité de se former à ce nouveau métier : « manager coach ».
Que ce soit via un processus formel (mis en place dans certaines sociétés lors de la promotion de cadre), ou suite à une prise de conscience d’un fonctionnement qui n’amène au bien-être ni du manager, ni de son équipe, des responsables d’équipe témoignent dans ces pages de l’importance et de l’impact des formations qui développent le savoir-être.

 

*Si vous souhaitez en savoir plus sur les formations données par le BAO Group, consultez le site http://www.bao-group.be

.

.

.

 

 

Témoignages

 » Être directeur demande d’avoir un bon leadership pédagogique et surtout relationnel « 

MICHELE MASIL, directrice d’une école fondamentale

Je suis devenue directrice d’école il y a presque 10 ans après avoir travaillé 23 ans comme institutrice. Être directeur demande d’avoir un bon leadership pédagogique et surtout relationnel. Je suis très à l’écoute et bienveillante mais aussi exigeante tant avec moi-même qu’avec les autres. La plus grande difficulté pour moi dans ce domaine fut d’arriver à formuler une critique ou une remarque constructive à un autre adulte, sans que cela ne le démotive ou qu’il se sente jugé, donc parfois je choisissais de ne pas la formuler, ce qui me frustrait beaucoup …. Les formations comme manager coach ou en Intervision que j’ai suivies ont enrichi ma boîte à outils pratiques (comme le DESC, le feedback, les états du moi …) que j’utilise régulièrement pour avoir une communication plus authentique. De plus, je me sens maintenant plus à mon aise pour lâcher-prise et déléguer afin de rendre chaque personne de l’équipe plus autonome et plus responsable. C’est alors que le travail redevient un véritable plaisir partagé dans la coopération et le respect de chacun….

 » Je sais faire passer des messages positifs et constructifs « 

FRANK VAN ISTERDAL Process & Knowledge Manager Sales & Customer Department  – Sodexo Benefits & Rewards Services

 

« Mon employeur m’a offert la belle opportunité de suivre une formation de 6 jours me permettant de grandir dans mon rôle de manager. C’est l’objectif de communiquer plus efficacement et de maîtriser des modèles me permettant de faire grandir encore plus mon équipe déjà par ailleurs mature et positive qui m’a semblé être le plus important dans mon cas.

Si beaucoup de formations proposent d’adopter des outils, des méthodes, … je me rends compte à l’issue de cette dernière formation que j’ai suivie que ce qui est fondamental, c’est de creuser la connaissance de soi car c’est en soi que se trouve une grande partie du matériel pour progresser, faire grandir et guider. Suis-je dans ma zone de responsabilité ? Qu’en est-il de mes collaborateurs ? Y a-t-il un triangle dramatique qui se joue ? Comment ne pas y rentrer ? Comment faire en sorte qu’il ne se mette pas en place au sein de mon équipe …

Grâce au DESC que j’utilise et applique régulièrement, je sais faire passer des messages positifs et constructifs …c’est devenu une nouvelle forme de communication au sein de l’équipe et par conséquent l’assertivité de notre groupe en est renforcée. »

 » J’essaie d’être moins directe, plus à l’écoute de mes collaborateurs « 

KATHY BEN SALAH: General Ledger & Accounts Payable Supervisor – Sodexo Benefits & Rewards Services

 

« Quand j’ai été nommé Manager, je dois bien avouer que je n’étais pas bien « outillée » pour faire face à ces responsabilités. Mon entreprise a mis en place une formation donnée par des trainers-coachs professionnels externes qui m’a permis d’avoir une très belle boîte à outils me permettant d’assumer plus facilement mon rôle de manager mais aussi de coach. En effet, chez Sodexo c’est à la fois l’attitude de manager mais également de coach qui est attendue de nous.

Aujourd’hui, après avoir suivi la formation au niveau de ma communication, j’essaie d’être moins directe, plus à l’écoute de mes collaborateurs sans me précipiter dans la conversation.

Lorsque que je ne comprends pas une attitude ou un discours, je me rappelle que chaque acte a toujours une intention positive (consciente ou non). Je m’applique donc à la chercher afin de mieux comprendre le pourquoi de la réaction. Avec mon N+1 ma communication s’est améliorée, on se comprend mieux, j’ai compris que son intention est de m’aider à grandir.

À la fin de cette formation j’ai pris conscience que je dois prendre du recul par rapport à mes émotions et ne pas les laisser m’envahir. Non pas que je ne le savais pas mais je n’avais pas toujours conscience que cela pouvait être préjudiciable. »

 



Catégories :Actualité BAO Entreprises, Actualité Ecole Elan Vital, Expert

Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

1 réponse

  1. Très bel article, la réalité du terrain. Nous travaillons depuis plusieurs années au sein de mon entreprise sur ce concept du doux mélange entre le savoir être et savoir faire de nos managers Par l’attitude de manager-coach. C’est un plaisir de lire que d’autres initiatives similaires s’organisent dans les entreprises. Finalement,avant de manager ne faut-il pas apprendre à se manager soi-même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :